Pierre sèche, Architecture

Accueil

 >

Les environs du Vaucluse

 >

Traditions du Vaucluse

 >

La Pierre Sèche - Architecture rurale en Luberon

les mystérieuses bories du Vaucluse


Il existe plus d’un millier de bories dans le Luberon. Faits de pierres sauvages trouvées au cours de travaux agricoles, les bories sont une construction archaïque mais unique. Il faut quelques centaines de pierres pour constuire une borie, nul besoin de mortier ou de pilier, pas de fenêtre, pas de cheminée. Si la plupart des bories datent des 18e et 19e siècles, on ne sait pas réellement déterminer la date des premiers bories. Alors confronté à cette inconnue, il ne nous reste plus qu’à les admirer en forme de chapeau de gendarme, de pyramide, ronde ou circulaire.

Les aiguiers du Vaucluse


C’est sur le plateau du Vaucluse, entre la plaine de Saint-Saturnin-les-Apt et la montagne du Ventoux que l’on trouve les plus nombreux et les plus beaux aiguiers. Mais qu’est-ce qu’un aiguier ? Une réserve d’eau tout simplement... Sur ce terrain calcaire, pas un ruisseau, pas une source. L’eau de pluie qui s’infiltre serait perdue sans l’ingéniosité de ceux, qui vivant ici, on creusé au bas de grandes dalles rocheuses des bassins qu’alimentent de petites rigoles tracées en amont, dans le roc. Inventivité, économie de moyens, intégration au paysage, Gayéoux et Travignon, où vous vous attarderez en cours de promenade, sont des chefs d’œuvre de « l’invention rurale ». De jolies ballades, en effet, tout autour du Camping des Chênes Blancs vous permettront de découvrir ce savoir-faire paysan.

A propos des Chênes Blancs | Autres campings à visiter | Partenaires du camping | Plan du site | Règlement intérieur