Rivières du Luberon, Location vacances, Mobil-home, Caravane, Camping Vaucluse, Camping Luberon, Camping Chênes Blancs

Accueil

 >

Les environs du Vaucluse

 >

Sites naturels du Vaucluse

 >

Les rivières du Luberon


Le sous-sol calcaire du Luberon recèle des nappes phréatiques à l’origine de nombreuses sources. Parallèlement, la rareté autant que la violence des précipitations favorisent les cours d’eau torrentiel qui creusent d’impressionnante gorges dans le Vaucluse. Ces caractéristiques sont pour beaucoup dans le rapport singulier qu’entretient le Luberon avec cette eau précieuse, que nous au domaine des Chênes Blancs (Camping Vaucluse) nous versons dans le pastis de nos clients...

Faut-il réellement présenter cette fiancée du Rhône qui entoure l’est, le sud et le l’ouest du Luberon sur plus de 100km après une tumultueuse cavalcade depuis le mont Genèvre. Nourrie de la fonte des neiges autant que des violents orages alpins, la Durance a longtemps été l’ « alma mater » redoutable qui marqua la culture de Provence. Aujourd’hui endiguée et domestiquée, la Durance ne fait plus peur mais on peut encore percevoir son impressionnant lit naturel dans plusieurs endroits du Vaucluse.

Principale rivière du Luberon, le Calavon prend sa source au pied de la montage de Lure. Encore torrentiel, il traverse les fameuses gorges d’Oppedette avant de butter à Céreste sur le Luberon. En longeant vers l’ouest le pied du massif, le Calavon adopte un cours plus serein, drainant à partir d’Apt, une véritable plaine.

Pendant oriental de celui du Cavalon, le bassin du Largue occupe la partie est du Parc national du Luberon. Avant de s’engouffrer dans le verrou du Moulin-de-la-Roche pour rejoindre la Durance au niveau de Volx, le Largue a pris le temps de paresser et de recevoir ses principaux affluents dans une agréable vallée aux prairies grasses.

Seule rivière permanente issue du Luberon, l’Aiguebrun est également le plus attachant des affluents de la Durance dans le Parc nature régional du Luberon. Son parcours défie presque le bon sens... Prenant sa source sur le versant nord du Luberon, l’Aiguebrun préfère se faufiler au sud du plateau des Claparèdes, dans un profond et magnifique vallon. Ses eaux limpides s’engagent ensuite dans la surprenante combe de Lourmarin en Vaucluse qui sépare le Grand du Petit Luberon. Après avoir paradé au milieu de la plaine verdoyante de Lourmarin, l’Aiguebrun rejoint fièrement la Durance à Puyvert en Vaucluse.

A propos des Chênes Blancs | Autres campings à visiter | Partenaires du camping | Plan du site | Règlement intérieur