Vaucluse, Luberon, Camping Vaucluse, Camping Luberon, Camping

Accueil

 >

Luberon - Vaucluse

Les atouts du Vaucluse

Ce département bénéficie grâce à sa situation géographique d’un climat dit « méditerranéen » et, sur les reliefs du plateau du Vaucluse et a fortiori du mont Ventoux, d’un climat plus montagnard. Ces différents aspects contribuent à lui donner une grande partie de son charme et de son originalité. Un remarquable ensoleillement et des étés secs sont les meilleurs atouts de ce département. Ce sont des conditions climatiques idéales qui, associées à l’irrigation, profitent pleinement aux cultures maraîchères et aux vignobles.

Le charme du Luberon

Le nom de Luberon évoque en premier lieu le massif : celui-ci se déploie d’ouest en est, entrecoupé d’une brèche séparant le Petit du Grand Luberon (la combe de Lourmarin) et de deux passages à son extrémité orientale (le col de l’Aire des Masques et celui de la Mort d’Imbert).

Près de Cavaillon, le Luberon surgit avec des versants marqués. Il s’étend ensuite vers l’est sans que l’altitude de la crête n’augmente beaucoup : c’est le Petit Luberon.

Prenant un peu de hauteur plus à l’est, le Grand Luberon s’entrouve un peu avant la combe de Lourmarin pour protéger un vallon sauvage et boisé où coule l’Aiguebrun. Il prend aussi de la hauteur pour culminer au mourre Nègre vers 1100m.

Puis il redescend paisiblement vers la Haute-Provence, en devenant le Luberon oriental, au nord de Manosque. A l’est de Villeneuve, vous n’apercevrez plus du Luberon que de modestes collines qui semblent entrer sous terre.

La Durance borde le territoire au sud, à l’est et à l’ouest mais les autres cours d’eau se font discrets.

La chaîne du Luberon s’étend sur 75km, de Villeneuve dans les Alpes de Haute-Provence à l’est jusqu’à Cavaillon dans le Vaucluse à l’ouest.

Bien sûr, le charme du Luberon doit beaucoup à ses villages. Mais au dire des visiteurs qui s’y sont attardés, cette magie tient plutôt à un tout, à une invitation à un parcours tranquille qui révèle successivement ses paysages façonnés par les hommes, sans que l’on puisse retenir l’un plutôt que l’autre. Chemin faisant, on ne peut manquer de laisser courir le regard sur les vignes, les champs de cerisiers, ceux de melons, de citrouilles ou de blé. Et en plein champ, on semble avoir semé des cabanons, juste pour le plaisir des yeux. Les visiteurs apprécient dans le Luberon un temps entre parenthèses, un espace préservé mais jamais coupé du monde.

A propos des Chênes Blancs | Autres campings à visiter | Partenaires du camping | Plan du site | Règlement intérieur