Mur de la peste, Visite du Luberon

Accueil

 >

Les environs du Vaucluse

 >

Sentiers du Vaucluse

 >

Le long du mur de la peste


En 1720, la peste arrive à Marseille, comme bien souvent à bord d’un navire. Cette fois-ci, c’était le Grand-Saint-Antoine qui rapportait d’Orient des étoffes précieuses, trop convoitées pour que soit respectée la quarantaine... Un tiers des habitants de la ville meurt en quelque mois, et l’épidémie s’étend en Provence, et dans notre Vaucluse également.
Pour faire obstacle à sa propagation, le roi de France et les autorités locales décident alors d’ériger un mur dans les monts du Vaucluse, entre la Durance et le Ventoux. Long de 27km, haut de 2m, parsemé de guérites, il sera gardé jour et nuit par des troupes françaises et papales ! L’objectif eut un succès mitigé. Trois ans plus tard, la peste était enrayée et ce mur dans le Vaucluse n’avait plus d’utilité.

Ses pierres furent réutilisées au fil du temps. Mais les constructions sont tenaces. Des morceaux du mur de la peste sont aujourd’hui encore visibles entre Cabrières et Lagnes, ainsi qu’à Murs. Une association, Pierre sèches en Vaucluse, s’attache depuis plusieurs années à le remettre en état ainsi que les guérites et autres petites bâtisses attenantes. Quelques km sont maintenant restaurés. Des sentiers de randonnées pour vous chers clients du camping vous permettent, au départ de Cabrières d’Avignon ou de Lagnes, de suivre le tracé de cet extraordinaire vestige d’une période d’effroi pas si lointaine.

Après une telle balade le long de ce mur du Vaucluse, il faudra bien venir oublier tout cela au camping des Chênes Blancs et partager un verre sur notre terrasse. Car s’il ne faut pas oublier cette époque difficile, c’est tout de même les vacances :-)

A propos des Chênes Blancs | Autres campings à visiter | Partenaires du camping | Plan du site | Règlement intérieur